• Houston, we have a souci

    Pas d'anglicisme aujourd'hui, mais un sujet de perplexité persistante. Pourquoi un grand nombre de personnes semble-t-il avoir adopté le mot "souci" là où "problème" était employé avant ? Est-ce un défaut de réflexion et de culture ou est-ce une préférence plus ou moins délibérée pour l'expression de la dimension "ressenti individuel de détresse et d'insatisfaction" face aux difficultés que tout un chacun est amené à rencontrer ?

    De ce que j'ai toujours compris, un problème appelle une résolution, un souci appelle un apaisement. Un problème est d'ordre pratique, il est objectif, extérieur à soi ; un souci est d'ordre psychologique, il est subjectif.

    Le rapport avec la couture ? Ben il est que ça m'horripile toujours autant quand je lis quelqu'un dire qu'il a un souci avec l'épaisseur de son thermocollant ou avec le sens de montage de sa braguette. Quand je lis ça, je comprend que je soulagerais davantage la personne en difficulté en lui tendant un Lexomil plutôt qu'en lui expliquant un mode opératoire standard.

    **********

    Je vais maintenant m'occuper de mon matricule. Bonnes résolutions obligent, je vais essayer cette année de limiter mon propre usage de certains mots à l'oral, vous savez, ces mots et expressions qui ne servent à rien, qui doivent avoir une vague fonction de réassurance et de conviction de l'interlocuteur, mais qui a trop être employés me donnent l'impression de m'adonner à du bon gros bullshitting (mais oui, un anglicisme de temps en temps c'est comme un petit chocolat, ça se déguste). Après coup je me suis aperçue que c'était valable quand j'écoutais des gens parler : plus l'emploi de ces termes est fréquent dans leur discours, plus j'ai envie de tourner le bouton :( . Voici la liste noire, du plus agaçant au moins agaçant :

    - c'est vrai que, vraiment
    - un peu
     
    - quand même
    - voilà
    - effectivement
    - disons
    - si vous voulez

    - forcément
    - en fait

    Je devrais faire remplir un sondage en fin d'année à mes clients pour savoir si j'ai progressé, parce que ce sont eux qui en profitent le plus, les pauvres...


  • Commentaires

    1
    fred-etc
    Vendredi 10 Janvier 2014 à 16:42
    fred-etc

    Bien vu !

    Pour moi, c'est "au jour d'aujourd'hui", "c'est magique" "c'est que du bonheur"(en revanche, je me corrige pour les "en fait" ...) (j'essaye de me corriger, j'ai un souci avec ça !!!) (non, c'est pas un problème !)

    2
    Vendredi 10 Janvier 2014 à 16:48

    Exact ! Un point pour vous madame !

    3
    Philippe
    Dimanche 12 Janvier 2014 à 12:56

    Moi au travail, j'ai fait une fiche avec les noms de mes collègues et à chaque fois qu'un dit 'typiquement' je rajoute une petite barre.

    4
    Mardi 4 Février 2014 à 22:39
    Rose

    Mmmmh, après avoir cotoyé des "managers" pendant un an, c'est plus une liste de bullshit words que j'ai, c'est une encyclopédie ...  "en fait", par contre, je plaide coupable. 


    "Souci", j'aime pas, parce qu'au boulot, quand quelqu'un te dit qu'il a un "souci", c'est généralement une circonvolution pour te faire faire un truc inutile sans en avoir l'air, et moi j'aime ni les circonvolutions ni les trucs inutiles. 

    5
    Lundi 10 Mars 2014 à 09:44
    Kaloou

    Les trucs qui m'agacent le plus, c'est : - une "petite" sauce avec des "petits" champignons (vous avez remarqué qu'en cuisine, tout est petit en ce moment ?)

    - "on est sur..." : on est sur une base de crème fraiche, on est sur un grès cérame, on est sur du 10%...

     

    6
    Lundi 10 Mars 2014 à 11:14

    Je partage sans réserve ton agacement. Combiné au commentaire précédent, on obtient le "petit souci" vaseliné annonciateur de tourmente.

    J'ai remarqué que le "petit" était fort pratiqué dans le milieu médical. "On va vous poser une petite perfusion. On va vous donner un petit calmant." Plus infantilisant tu meurs.

    7
    Lundi 26 Janvier 2015 à 10:19
    lepointetlaligne

    J'arrive un an après la bataille, hélas, elle est toujours un peu d'actualité, en fait, si vous voulez. 

    C'est vrai que vraiment, j'ai un gros gros souci moi aussi avec ce genre de tics de langage du jour d'aujourd'hui. Parmi eux, le "comme ça". Qu'on entend surtout prononcé par les représentants du monde de la culture qui ont beau s'écouter parler mais ne s'entendent pas, manifestement. 

    "Un film très beau, comme ça, très sensible."

    "Un livre vraiment juste, comme ça, à fleur de peau."

    J'ai envide de dire que là, on est sur du lourd, mais bon, j'assume pas. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :